Derniers résultats
27 mai 2017

Montreux HC - Genève RHC
1 - 1, en cours
20 mai 2017

RHC Diessbach - Genève RHC
3 - 4 (2 - 1) tb
13 mai 2017

Genève RHC - RHC Diessbach
6 -1 (3 - 0)
Calendrier / Résultats Classement Photos

LNA

RSV Weil - Genève RHC

Match RSV Weil am Rhein - Genève RHC 0-2 / Victoire 2-1 dans la série

Récit d’un match tendu dans le cadre d’une belle journée, ou autrement dit, résumé du match à travers un des 3 supporters genevois présent, soit un de nos joueurs U11.

Lorsque mon père m’a demandé si j’étais ok pour aller supporter notre 1ère équipe à Weil, j’ai d’abord pensé qu’il était un peu fou. Mais bon, c’était l’occasion de passer la journée avec lui, de découvrir une nouvelle ville, Bâle en l’occurrence et surtout, c’était le 3ème match de la série de notre 1ère équipe ! Alors j’ai dit ok, allons-y !

Afin de profiter un max de la journée, on partit tôt. Les 3 heures de train ont défilé à la vitesse d’un Intercity et nous avions 3 heures devant nous pour visiter la ville. Cette escapade semblait lui rappeler ces heures de fervent supporter de la couleur grenat footballistique ! La folie de sa jeunesse en moins !

Après une magnifique découverte de la ville, de magasins de sport et quelques pauses “boissons et pipi”, il était temps de penser à se rendre à Weil distant de quelques 20 minutes en tram. Le passage de la frontière nous réservait son lot de surprises avec un contrôle d’identité propre en ordre. 10-12 bonnes minutes de perdu et il allait falloir se dépêcher pour ne pas rater le début du match.

Alors que je m’attendais à une Rollhockey Halle en délire, je fut surpris par le calme qui y régnait, malgré les 197 supporters Weilois. Ambiance étrange. A peine le temps d’entrer et on entendit le coup de sifflet qui ordonnait aux équipes de se mettre en place. Après un cri de “guerre” qui résonnent encore dans mes oreilles, c’est parti. Intérieurement le stress montait. Sans faire exprès on se mit à l’opposé du 3ème supporters genevois présent, Stéphane Simons, le papa de Robin, qui lui avait décidé de se placer près du banc de l’équipe. Allez un bon moyen de faire traverser des bonnes ondes à travers le rink ! Rapidement on sentit que le match allait être tactique, défensif et sans grande prise de risque. Tout ce qu’il faut pour rendre un match ennuyeux.

Pas grave, la tension montait dans la salle, et le public, plutôt que d’encourager son équipe, pris les arbitres en grippe, les invectivant à presque chaque interventions de leur part. Niveau jeu, seul quelques interceptions de balles permirent aux deux équipes de placer des contres, mais les deux gardiens étaient à leur affaires. Rien de particulier à dire, si ce n’est que le score était toujours de 0-0 à la mi-temps, et que notre équipe semblait bien en place tactiquement. Mais après avoir vu les finales de la Coupe des Nations, cette 1ère mi-temps nous ramenait à la réalité du Championnat Suisse. On profitait de la pause pour aller donner une bonne tape d’encouragement à nos joueurs. Allez les gars. On lâche rien !

J’allai suivre la deuxième mi-temps en compagnie du papa de Robin, alors que mon père se mettait près du but adverse, sûrement dans l’espoir de capter le but du match ou la photo du but du match ! J’étais pas très expansif, mais intérieurement la tension montait au fil des minutes. Le match s’animait et le public, après les arbitres, prit en grippe nos joueurs, qui avait tendance à tomber un peu facilement selon eux. Weil avait fini la 1ère mi-temps avec 8 fautes d’équipes, et il était sûr que notre équipe bénéficierait d’un coup franc à un moment ou un autre.

Malheureusement notre adversaire restait discipliné et c’est nos joueurs qui commirent plusieurs fautes. Est-ce que le public avait réussi à mettre la pression sur nos arbitres ? Non, les gars étaient bien disposé tactiquement et commençait à prendre le dessus. 10ème fautes et coup-franc pour nous ! On ne tenait plus en place. C’est Robin qui se présente pour tirer le coup-franc, sous les sifflets du public. Aucun signe de nervosité chez lui, il s’élance, feinte , tir … poteau puis rebond sur le casque du gardien.. le filet se met à bouger ! But ! On se lâche. 12 minutes à jouer.

C’est long d’autant plus que notre équipe approche également des 10 fautes d’équipes. Mais nos gars jouent bien et surtout, notre gardien est bien à son affaire. Les minutes défilent et plus que 3 minutes à jouer ! Mince, notre 10ème faute d’équipe. Grosse pression sur le joueur adverse. Sebastian à l’air bien, mais nous on en peut plus ! Il s’élance et … sauvetage de Sebastian. Incroyable ! Les secondes défilent … moins de deux minutes à jouer et les arbitres sifflent une faute … Penalty ! C’est pas possible. La Halle s’enflamme quelque peu mais notre gardien lui, reste zen ! Nous on tient plus en place … notre adversaire se prépare et tir … la balle part dans les décors …

Énorme Sebastian. Il l’a sorti … il reste env 1 min à jouer … la tension est à son comble et notre adversaire sort son gardien alors qu’un tir adverse est contré par nos joueurs … la cage est vide, Fede récupère la balle, tout le monde lui crie dessus pour lui indiquer que la cage est vide … A-t-il entendu ? J’en suis pas sûr ... Si ... il lève la tête et tir … la balle se dirige vers le but … je ne vois pas si elle va dedans … gros bruit lorsqu’elle touche l’intérieur du but ! Yesss ! C’est goal. Les joueurs se félicitent ! Quels bonheurs. ! Quelques secondes à jouer et c’est la libération …mon père nous rejoint … coup de sifflet final et c’est le délire. Toute l’équipe et le Staff se dirige vers nous 3 ! Bras dessus bras dessous on saute tous ensemble ! Que du bonheur ! Les maillots transpirants laissent des traces, mais on s’en fou ! On est en demi-finale ! Quel bonheur !

La tension redescend, il est l’heure de la mousse pour tous, enfin pour eux. Que d’émotions ! A cet instant je comprend ce qui a, pendant des années, motivé mon père à suivre son équipe de foot favorite à travers la Suisse et l’Europe ! C’est pour vivre ce genre d’émotions ! C’est alors qu’il me dit … “je ne pensais pas avoir autant de plaisir aujourd’hui à suivre cette équipe” ! Mon sport favori et cette équipe 1ère qui lui avait amené tant d’émotions ! Merci papa ! Cette journée restera à jamais gravée dans ma mémoire ! J’avais eu suffisamment d’émotions, alors on décida de rentrer avec Stéphane Simons en voiture. C’était l’occasion pour nous de continuer à partager ces instants magiques que nous avons vécus les 3 ensembles et avec l’équipe. Merci à eux !

Allez le GRHC !