Derniers résultats
27 mai 2017

Montreux HC - Genève RHC
2 - 1 (1 - 1)
20 mai 2017

RHC Diessbach - Genève RHC
3 - 4 (2 - 1) tb
13 mai 2017

Genève RHC - RHC Diessbach
6 -1 (3 - 0)
Calendrier / Résultats Classement Photos

LNA

Interview de Louis Forel

A quelques heures de ce 3ème match capital pour la qualification en demi-finale, qui de mieux que l’expérimenté et toujours jeune Louis Forel !

Selon nos recherches (Oui oui … on essaie de faire notre job correctement … ) tu intègres la 1ère du GRHC à 18 ans pour ne plus la lâcher, c’est la récompense d’un travail acharné ?

Alors en réalité j’ai joué mes premiers matchs en LNA à 16 ans, lors de ma première saison en catégorie junior A (maintenant U20). Je me souviens de mon premier match contre Biasca. J’entrai sur la piste avec Gérald, mon entraîneur de l’époque, et deux coéquipiers des junior A, Florian Brentini et Roger Monroy. Le score était de 0-0 et Gérald ouvrit la marque d’un tir de loin tandis que je me trémoussais devant le gardien tessinois pour le masquer. Des débuts réussis et émouvants donc.
Mais j’ai dû effectivement beaucoup batailler pour gagner ma place dans l’équipe, en grignotant des minutes sur la piste, en patientant beaucoup sur le banc aussi. Mes qualités techniques ne me permettant pas de sortir du lot, c’est bien ma combativité, ainsi que mon adéquation avec notre système de jeu et mes coéquipiers qui représentaient mes principaux atouts. Ces aspects furent les piliers de ma longévité en LNA (malgré quelques saisons plus en retrait). 

Si on te dit que tu as passé la barre des 100 buts en Suisse, toutes compétitions confondues, c’est une fierté je pense ?

Bien sûr ! Mais je suis étonné par ce chiffre. Je ne pensais pas en avoir marqué autant, même si ce n’est finalement pas énorme pour un attaquant qui passe le plus clair de ses matchs devant les cages adverses. Cependant, j’ai aussi participé à un certain nombre de buts en dansant la samba devant le gardien adverse pour masquer sa vision avec mon remuant postérieur.

Par contre, après des sélections nationales U17 et U20, plus rien. Une déception ?

C’est plus une déception pour la Nati, j’imagine ;-) Plus sérieusement, lorsque j’étais au zénith de ma carrière de joueur, entre 2006 et 2008, l’accession à la sélection nationale était extrêmement difficile et le niveau de l’équipe stratosphérique. Ce fut tout simplement la meilleure équipe suisse de l’histoire, celle qui remporta deux médailles d’argent, l’une aux championnats d’Europe en 2006 et l’autre aux championnats du monde de Montreux en 2007. A cette époque, je me suis surtout gargarisé d’être le camarade de club de ces héros et hérauts du rink-hockey suisse. Après, je me suis blessé assez sérieusement en 2008, et de nouveau l’année suivante, ce qui a considérablement freiné ma progression. Je me suis aussi moins investi par la suite. J’aurais aimé participer une fois à une compétition internationale avec les adultes, mais je n’en garde aucune frustration. Et finalement cela m’a permis de mieux profiter de mes étés ;-)

On voit que les équipes suisses allemandes ont énormément progressé ces dernières années et que les championnat juniors sont majoritairement dominé par eux. As-tu l’impression que la suisse romande, en matières de formation, n’en a pas fait assez ?

C’est vrai que notre club, qui était l’un des piliers de la formation en Suisse, a peut-être un peu négligé ce qui était auparavant le socle de ses succès. Mais ce secteur est en reconstruction et beaucoup de joueurs ou d’anciens joueurs de LNA s’investissent pour reconstruire un mouvement junior compétitif. Après, il faut aussi souligner que c’est le niveau du rink-hockey suisse en général qui stagne depuis des années. Il me paraît impératif, en marge de la compétition, de renforcer la collaboration entre les clubs pour essayer de combler le fossé qui se creuse avec nos voisins en matière de formation avant qu’il ne devienne abyssal et infranchissable.

Pour revenir aux événements récents, on a l’impression que tu as retrouvé un nouvel élan avec l’arrivée de Jérôme, on se trompe ?

C’est vrai. J’ai appris énormément de choses avec Pedro, que je remercie, mais le début de saison difficile et les changements intervenus cet hiver ont donné un coup de fouet à tout le monde. Et je connais Jérôme depuis des années, nous avons été bercés par les mêmes principes de jeu et nourris d’une philosophie de travail qui me correspondent et me galvanisent. Il m’a permis de me sentir à nouveau légitime en LNA.

En même temps, pour l’avoir côtoyé de nombreuses années, ils seraient dommage que le club se passe d’un joueur comme Pedro Alves non ?

Absolument ! C’est une personne précieuse qu’il faut à tout prix conserver dans le giron du club. Il faut prendre le temps de trouver un rôle dans lequel il s’épanouira. 

3eme match ce samedi et match décisif. Qu’est-ce que tu penses pouvoir apporter à l’équipe dans ces moments là avec ton expérience ?

Premièrement un engagement sans limites, un fighting spirit à toute épreuve. Je suis prêt à mourir sur la piste pour aller chercher cette qualification, ce qui peut inspirer les plus jeunes. Et en parallèle une sérénité nécessaire dans ce genre de rendez-vous. 

Fabien Waridel a indiqué, dans son interview, que tu étais le plus intelligent. Qu’est-ce qu’il lui fait penser cela selon toi ?

Hahaha, je ne sais pas, mais ça veut dire que j’ai réussi à mystifier mes anciens juniors. En tout cas il ne faisait pas référence à ma faculté à anticiper les conséquences de mes comportements sur la piste, si on se réfère à mes sempiternelles gesticulations devant le corps arbitral pour dénoncer une injustice ou aux théâtrales simagrées qui ont accompagné mes ‘sorties de piste’ au fil de ma carrière.

Honnêtement, est-ce que tu réagis encore à l’odeur qui sort des casier à la Queue d’Arve ?

Oh, bien sûr, je me délecte heureusement toujours des parfums suaves exhalés par les cavernes d’Ali baba que sont nos casiers.

As-tu déjà pensé à intégrer les vétérans ?

Bien sûr, dans 10 ans, quand je serai vieux ;-) 

On a pensé à un pour ou contre pour la partie récréative. Alors …

… Pour ou contre ...

Le sexe avant un match ?
Pour, mais sans aller au bout de l’aventure, si je puis dire.

Une bonne mousse après un match ?
Contre, c’est minimum 3 mousses !

La venue de Carlitos Nicolia Heras au GRHC ?
Contre. Il n’y a pas de place pour 2 boludos à Genève.

La traversée de la rade ?
Pour, mais à la nage ou en radeau !

Le cenovis sur une tartine ?
Joker…

Un groupe de supporter au GRHC ?
Plutôt un groupe de supportrices qui inclurait quelques supporters.

Un club autrichien qui gagne la Coupe Suisse ?
Pour, évidemment, sinon pourquoi les aurions-nous laissé gagner ?

La barbe qui poussent en Play-offs ?
Pour, surtout pour admirer les formes improbables des jeunes barbes de l’équipe (bien que j’ai personnellement opté pour l’élagage cette année)

Merci beaucoup Fiston !