Derniers résultats
27 mai 2017

Montreux HC - Genève RHC
1 - 1, en cours
20 mai 2017

RHC Diessbach - Genève RHC
3 - 4 (2 - 1) tb
13 mai 2017

Genève RHC - RHC Diessbach
6 -1 (3 - 0)
Calendrier / Résultats Classement Photos

LNA

Interview de Timothé Riotton

Timothé, qu’est-ce qui t’as amené au Rink-Hockey ? et pourquoi le choix de gardien ?

J’ai découvert le rink après avoir cherché une alternative au hockey sur glace. Et après avoir été découvrir d’autres sports comme le hockey sur gazon ou le unihockey, je suis venu voir un match de la LNA à Genève et j’ai tout de suite accroché au rink. Le poste de gardien m’a toujours attiré car venant d’un sport individuel (judo) et voulant pratiquer un sport d’équipe je trouvais les deux aspects dans cette place sur le terrain. C’est un des rôles les plus importants de l’équipe car un gardien peut faire basculer un match dans un sens comme dans l’autre, et j’aime avoir ce sentiment de grande responsabilité au sein d’une équipe.

Depuis 2009, soit à l’âge de 14 ans, tu intègres les différentes sélections suisses pour participer à pas moins de 4 Championnat d’Europe U17 et U20. Quels souvenirs en gardes-tu ?

Je garde de très bons souvenirs de ces expériences internationales. L’échange entre les équipes, voir le niveau de certains pays c’est là qu’on se dit qu’il faut encore travailler pour atteindre leur niveau. C’est aussi une fierté et une chance de représenter ton pays ça motive à faire son mieux. J’en tire beaucoup d’expérience et de bons souvenirs et j’espère me faire une place dans l’équipe élite d’ici peu.

Dans d’autres sports ont dit souvent que les gardiens sont des sportifs “pas comme les autres” ! Tu confirmes ?

Hahaha, bien sûr qu’on est différent ! Qui a envie, aime et redemande de se prendre des shoot à plus de 100 km/h deux à trois fois par semaine ? Oui il faut être un peu fou pour aller au but mais il faut aussi avoir une bonne vision du jeu et être capable de réagir très rapidement à une nouvelle situation. Il faut être un fou intelligent pour aller à cette place.

A 1ere vue tu ne fais pas partie des gardiens les plus “épais” de la ligue. Comment compenses-tu ces cm de surface qu’il te manque par rapport aux autres ?

Épais je ne crois pas que ce soit le bon terme mais je dirais pas grand (ndlr 1.71m pour 80 kg). Du coup je travaille ce que certains "grands" gardiens oublie de travailler, c’est à dire la vitesse et la souplesse entre autre. Il faut aussi plus travailler sur le terrain pour compenser ce "manque". Je ne peux pas me reposer sur ma taille donc je travaille mon physique et mon placement. Je ne penses pas que ce soit un désavantage, il faut juste travailler différemment.

La saison dernière tu es parti tenter une expérience en France, plus précisément à Aix-les-Bains. Qu’est ce qui t’as poussé à tenter l’expérience ?

On est venu me chercher pour aller jouer en première division française. Ça tombait au moment idéal pour moi, on m’offrait plus de temps de jeu et c’était le bon moment pour tenter quelque chose. J’avais envie de voir autre chose. Ça été une très belle année, malheureusement pas forcément au niveau résultat, mais le reste : très intéressant au point de vue mental, physique et technique qui diffère de la Suisse. Nous avions un très bon groupe mais nous manquions un peu d’expérience. J’ai découvert un autre championnat avec d’autres joueurs et d’autres style de jeu, ce qui a été bénéfique pour un jeune gardien comme moi. J’en garde et garderai un très bon souvenir.

La concurrence est rude au poste de gardien à Genève. Jouer avec Sebastian, ancien international portugais, est-il une source de motivation et/ou un moyen de progresser ?

La concurrence pour ce poste est toujours rude car il y a que deux places en jeu et souvent une seule qui va être utilisée le jour du match. Le tout c’est d’avoir une concurrence saine où l’on peut échanger et se tirer vers le haut entre gardien. Car nous sommes une équipe dans l’équipe. Seb et moi n’avons pas exactement le même style de jeu lié à notre morphologie, ce qui me plaît, car en plus de l’expérience qu’il a acquise, il a un regard différent sur le jeu et un peu plus de calme dans certaines situations, ce que je dois encore travailler entre autre. Techniquement il m’apporte des conseils que je n’ai pas eu auparavant ce qui me permet de m’améliorer. J’ai envie de continuer à travailler pour pouvoir à l’avenir être le numéro un.

Nous voilà en Play-offs, où la performance du gardien est souvent primordiale. Comment gère-t-on la pression liée à cette performance ?

Je crois qu’il faut faut pas se mettre plus de pression car il y en a déjà assez sur les épaules d’un gardien. Mais c’est clair que le rythme et la tension augmente donc notre niveau de jeu aussi. Il faut tout donner comme à chaque fois et ne pas se faire prendre par la tension que peut générer un match comme ça.

Est-ce que le système mis en place par Jérôme depuis son arrivée change-t-il quelques choses à ta manière de jouer ?

À ma manière de jouer je ne crois pas. Mais c’est surtout au niveau des entraînements, des joueurs et de l’équipe que le gros changement a eu lieu. On a un groupe qui va dans le même sens et qui a envie de progresser. Les entraînements sont plus intensifs et plus intéressants, je penses qu’on va tous pouvoir s’améliorer grâce à ça. Je me sens mieux depuis que Jérôme a repris la place de coach et j’ai retrouvé du plaisir et l’envie de jouer.

Est-ce que tu analyses les vidéos disponibles pour voir comment tirent les adversaires ?

Si j’ai le temps, j’essaie oui, surtout en période de playoff ou lors de rencontres internationales. En Suisse je commence à les connaître. Mais c’est plutôt les penalty et les coups francs direct qui m’intéressent.

Un shoot puissant arrive sur toi facilement à + de 100km/h … ça laisse des traces ?

Oui ça laisse des traces si ils arrivent aux mauvais endroits. Mais on s’y habitue un peu à force, et la glace devient notre meilleure alliée.

De par ta position, tu es privilégié pour observer tes coéquipiers. Alors selon toi, dans l’équipe, qui …

a le shoot le plus puissant :Flavio et Fédé
a le shoot le moins puissant : Thomas
qui est le plus technique : Fédé
qui est le moins technique : Thomas
qui est le plus rapide : Sylvain
qui est le moins rapide : Valé
qui a le plus de groupies : Robin
qui en a le moins : Fabien

Merci Tim et tous samedi à la Queue d’Arve pour encourager notre équipe !